horaires des messes
les lieux de culte
feuille paroissiale

Homélie de l’Épiphanie du Seigneur – 8 janvier 2023

Matthieu 2, 1-12

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. » En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ. Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël. » Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. » Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.


Chers Frères et Sœurs,

Souvenons-nous, les bergers étaient venus les premiers à la rencontre de Jésus nouveau-né, alors qu’ils paissaient leurs troupeaux à côté, dans la montagne. Ils ont répondu à l’invitation de l’ange du Seigneur. Aujourd’hui, des mages, en quête d’une même rencontre, arrivent de loin, d’Orient est-il écrit, suivant quant à eux, non pas un ange, mais une étoile.
Les bergers et les mages portent la même attention aux signes venant du ciel : un ange, une étoile. De l’ange ou de l’étoile, le message est reçu comme une invitation, envoyée par un insigne messager. Pour chacun, mage ou berger, il y a eu un avant et un après cette rencontre.
Ange ou étoile, qu’y a-t-il, Frères et Sœurs, dans notre propre vie qui la bouleverserait aussi radicalement ? Ange ou étoile, voilà des voies par lesquelles l’Esprit du Seigneur, le Seigneur lui-même nous parle.
Ange ou étoile, ainsi se livre la Parole du Seigneur qui guide nos pas et nous conduit, jour après jour, là où le Seigneur nous attend. N’aurions-nous jamais entendu parler des bergers et des mages si ceux-ci, plutôt que d’écouter l’ange ou de suivre
l’étoile, n’avaient pas quitté les uns leurs pâturages, les autres leur Orient où ils avaient tous, sans doute, beaucoup à faire ?
A moi aussi, le Seigneur envoie son ange. Pour moi aussi, il fait briller une étoile au ciel de ma vie. Mais si je reste collé à mes obsessions du moment, à mon écran, mes projets, mon travail, ma carrière, ma fortune ou mon absence de fortune, mes vacances, mon bien-être, mes idées, et même mes bonnes actions, je risque de passer à côté de l’ange sans le voir, et de laisser filer l’étoile.
Les mages ne se sont pas mis en route parce qu’ils avaient vu l’étoile, mais ils ont vu l’étoile parce qu’ils se sont mis en route, dit Jean Chrysostome. Les mages partent, et viennent à distinguer un astre jusqu’alors inconnu de leur lointain Orient. Ils ignoraient jusqu’où cet astre les mènerait. Ils se rendent d’abord près du roi Hérode, à Jérusalem, et se renseignent sur celui qu’ils cherchent. Puis, il leur faut poursuivre la route au-delà de Jérusalem, jusqu’à la petite cité de Bethléem. Ils reprennent la route sans se désespérer, et l’étoile reparaît.
Frères et Sœurs, à nous aussi, la Parole de Dieu montre la route à suivre. Souvent, nous préférons notre confort et nous restons chez nous. Et si, sur la route, la lassitude ou le manque d’espérance nous dissimulent parfois l’étoile, nous cessons d’avancer. Ce jour-là, rappelons-nous la blessure amoureuse que nous avons un jour éprouvée à l’écoute de la Parole du Seigneur. Demandons-lui la grâce de guider nos pas à l’éclat de cette Parole, son étoile pour nous aujourd’hui.
Regardons encore les mages : ils ont fait un long voyage alors qu’ils ne savaient à peu près rien de ce qu’ils allaient trouver. Ils sont sortis et ils ont tout obtenu : Jésus, Dieu lui-même tout entier. Hérode, les grands prêtres et les scribes, eux, ils étaient à côté, à Jérusalem, à dix kilomètres de Bethléem, et eux, ils savaient tout : l’adresse du Christ que leur avait donnée le prophète Michée, où il était et qui il était. Et c’est même auprès d’eux que les mages se sont renseignés et ils leur ont tout indiqué. Ils ont tout dit aux mages parce qu’ils savaient tout, mais ils n’ont pas bougé de chez eux, pas bougé d’un poil. Un jour, ils se réveilleront comme assassins de Dieu.
A la fin de ce long et rude voyage, l’étoile se fixe là où se trouve Jésus. Les mages se réjouirent d’une très grande joie, est-il écrit. Car là où est Dieu, là aussi est la joie. Ils entrent, ils voient Jésus et Marie, sa mère. Ils tombent à ses pieds et l’adorent, lui offrant l’or qu’on donne à un roi, l’encens qui honore un Dieu, et la myrrhe dont on embaume un mort.
Alors, Frères et Sœurs, comme les mages, suivons la route, regardons nous aussi l’étoile qui nous mènera à la maison du Seigneur. Nous qui savons, ne restons pas chez nous. Comme eux, prosternons-nous devant notre Roi et notre Dieu. Un Dieu, un Roi qui mourra un jour et qui ressuscitera.
Le rencontrer nous fait gagner bien d’autres chemins pour retourner dans le pays où le Seigneur nous attend. Comme les mages, fixons l’étoile de la Parole de Dieu. Quittons nos maisons et nos sécurités pour la suivre.
Prosternons-nous devant Lui, le Roi, Jésus, le Christ, notre Dieu. Il fera de notre propre mort un autre chemin, chemin de vie, chemin de résurrection.

Amen

Père Marc D.